La Forge

QUATRE QUESTIONS A…Florence MARIE, artiste-peintre qui vit depuis 1994 dans cette bâtisse – LA FORGE – qu’elle a entièrement transformée.

Comment avez-vous commencé à peindre et à créer dans ce lieu ?

La première chose que j’ai faite, c’est une grande fresque pour cacher un vilain mur du jardin et petit à petit par morceaux, je me suis créé un monde imaginaire. Petite fille, je me réfugiais dans les livres et j’ai gardé au fond de moi cette magie. Les figures de mes dessins sont des gardiens de rêve comme le roi, la reine, les anges…

La nature joue-t-elle un rôle dans votre art ?

C’est l’essence même de la vie. La forêt est le monde magique des esprits, l’inconscient est associé aux arbres. Mon jardin est composé de sculptures que l’on pourrait cataloguer comme Art brut ou primitif, je suis une autodidacte et je fonctionne avec mon instinct.

Quelles matières utilisez-vous ?

Beaucoup de matériaux de récupération. Je vais chez le bûcheron pour des bouts de planches brutes, chez des faïenciers qui me vendent de la vaisselle déclassée que je casse pour en faire des morceaux de mosaïques. Je récupère le fer, la fonte, des boîtesen bois aussi, dont j’ai paré mes plafonds…

Quelles réactions ont les gens qui visitent LA FORGE ?

J’ai rarement vu quelqu’un ne pas aimer, en tous cas il ne me l’a pas dit. Cet endroit est un retour aux sources dans cette vie compliquée d’aujourd’hui. Moi-même, je regarde le monde en retrait comme à travers un aquarium. Les rêves que je transforme dans mes oeuvres font rêver aussi le public qui retrouve un coin caché de son enfance. C’est un humour décalé qu’ils voient, des créations non commerciales et libres.

 

Claudine AUGER / parution dans OUEST-France du 13 juin 2012

 

Voir le diaporama