Sculpture – Présentation

(…) À l’autre bout du cortège des artistes, voici les nombreux Arlequins, clowns, funambules, acrobates, danseurs et danseuses, etc… faits de toutes pièces, et promettant du même coup une mobilitée sans pareil, fut-elle aussi dérisoire qu’un rêve : comme en est un au fond toute l’oeuvre de Florence MARIE d’une part fortement structurée par des angoisses et des hantises récurrentes, mais d’autre part souplement ouverte à de nombreuses possibilités de mouvement, qui en assurent le fluide humour. Enfermer cette oeuvre dans des catégories picturales ou sculpturales établies, ainsi que nous avions commencé à le faire en situant ses ressources entre figuration fantasmatique et abstraction expressive, ce serait finalement méconnaître son originalité, qui est justement étrangère à la notion d’un “style”. Ainsi que Florence MARIE le proclame, le peintre en elle n’a pas été formé pour la peinture, mais chaque jour se forme par la peinture : soit un exercice aussi bien matériel que spirituel, comme savent en conduire ceux qu’on appelle “ les gens du voyage”.

 

Florence MARIE : “Regard sur un itinéraire” Ph. IVERNEL / Professeur de philosophie à l’Université PARIS VIII

 

Voir le diaporama